Que c’est beau !

Je ne peux me lasser, face à la création ;
Ce merveilleux spectacle force l’admiration.
Peut-on encore douter ce que fût l’origine !
Devant autant de fleurs, à la ligne si fine.

Regarde les montagnes élancées vers le ciel !
Et leurs sommets blanchis de neiges éternelles,
Écoute le ruisseau, la rivière, le torrent
C’est le murmure de l’eau ; qui s’écoule tout en dansant.

Et la mer qui s’amuse à nous faire reculer
Quand revient la marée, elle couvre les rochers,
Nous conduisant au loin faire de longs voyages
Elle nous montre les îles et tant d’autres rivages.

Que j’aime tes couleurs revenant chaque année
Au printemps, à l’automne, toujours aussi variées
C’est la loi des saisons, qui retrouvent leur place
Le monde comme une horloge, marque le temps qui passe.

Les arbres se pliant, au gré de tous les vents
Font entendre leurs voix réunis en chantant
Les oiseaux en concert nous disent chaque matin
Que la terre toute entière est tenue par sa main.

C’est Dieu le créateur, qui a tout programmé
Les minutes et les heures il ne s’est pas trompé
Refuser le hasard c’est avoir du bon sens
Arrête de raisonner, rends-toi à l’évidence !

Lecture : Le livre de Job chapitre 37 v 14 : Les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages.

1 commentaire

  • Kate

    24 août 2018

    Bonjour, vraiment j’aime beaucoup.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message