La source retrouvée !

Elle coulait autrefois, nos pères nous en parlaient
Nettoyée, protégée, chacun l’entretenait
Le marcheur assoiffé, venait s’y abreuver
Car son eau débordait, pour le désaltérer.

Puis elle fut oubliée, par l’eau venue d’ailleurs
Lorsque les jours d’été, imposaient leur chaleur
Le sentier piétiné, fut très vite envahi
La source disparut, sous un bouquet d’orties.

Personne ne le savait, à part quelques anciens
Aimant le raconter, ça leur faisait du bien
Mais on les ignorait, disant : c’est du passé
Que toutes ces histoires, fallait les oublier.

Aujourd’hui dégagée, elle coulera encore
Car étant toujours là, pour le faible et le fort
Oui ! Revenons vers elle, cette source est pure !
Car l’eau venue d’ailleurs, pour nos vies est impure.

C’est la source d’en-haut, vous l’avez bien compris
Qui coule aujourd’hui, celle du Saint-Esprit
Et ne tarira pas, à tous elle dit : venez !
Ouvrez grand votre cœur, vous tous mes invités.

Je veux boire de cette eau, et le faire aujourd’hui
Source salvatrice, venant de Jésus-Christ
Elle coule maintenant, il suffit d’y aller
J’y cours en cet instant, la source est retrouvée !

Lecture : Genèse 26 v 18 : « Isaac creusa de nouveau les puits d’eau qu’on avait creusé du temps d’Abraham, son père, et qu’avaient comblés les Philistins après la mort d’Abraham… »

C’est lors d’une randonnée que j’ai découvert une fontaine qui jadis devait attirer de nombreuses personnes qui la connaissaient pour son eau qui possédait certainement des vertus désaltérantes. Mais aujourd’hui elle est étouffée par une végétation dense qui a eu raison d’elle. Je me trouvais devant une ancienne source qui n’intéressait plus personne ! Elle ne servait plus à rien ; quel dommage ! Au temps de Jérémie Dieu faisait le même constat : « Ils m’ont abandonné, moi qui suis une source d’eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, qui ne retiennent pas l’eau » (Jérémie 2 v 13).
Il est temps aujourd’hui de retrouver les puits anciens, les sources qui ont abreuvé nos pères comme le fit Isaac en son temps. Il avait vécu avec son père, connu des terres arides, mais il se souvenait qu’Abraham son père cherchait dans ces puits la force et le renouvellement. Nos pères avaient une source jaillissante appelée « Pentecôte », et chaque jour s’y abreuvait ; le livre des Actes nous en parle. Sommes-nous toujours à la recherche de cette eau vive, ou l’avons-nous remplacée par une autre source, creusée par la chair comme au temps de Jérémie ? Il y a aujourd’hui dans certaines églises, beaucoup de manifestations bruyantes ; mais viennent-elles du Saint-Esprit, ou seulement des manifestations charnelles ?
Revenons à la source, et qu’elle coule encore dans nos vies, dans l’Église. Nos citernes crevassées ne remplaceront jamais la source qui coule d’en-haut. Rien ne peut remplacer la puissance du Saint-Esprit !

0 commentaire

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message