Je le ferais quand même !

Gravissant le chemin
Ce fardeau que je traîne
Sans connaître demain,
Je marcherai quand-même !

Si des maux m’environnent
Que mon cœur est en peine
Sous l’orage qui tonne,
Je le suivrais quand-même !

Devrai-je être isolé ?
Le silence qui enchaîne
Devant lui prosterné,
Je le prierais quand-même !

Si elle tarde à venir
Ö ! Promesse lointaine !
Ne pouvant l’obtenir,
J’espérerais quand-même  !

Quand tout serait contraire,
Aux paroles souveraines
Malgré ce goût amer,
Je le croirais quand-même !

Au plus fort des combats
Dans mes douleurs extrêmes
Si je ne comprends pas,
Je l’aimerais quand-même !

Si des voix s’élevaient,
Prétendant être reines
La sienne demeurerait,
Je l’écouterais quand-même !

Quand les pas seront lents,
La démarche incertaine
J’ignorerai les ans,
Et le louerai quand-même !

Et quand viendra le jour
Du rendez-vous suprême
C’est alors qu’à mon tour
Je le verrai moi-même !

Lecture :Psaume 27 v 3 : Si une armée se campait contre moi, mon cœur n’aurait aucune crainte ; si une guerre s’élevait contre moi, je serais malgré cela plein de confiance.

Ce poème est écrit pour mettre en avant la détermination de celui ou de celle qui a fait cette rencontre avec Dieu ; et qui désire à tout prix le suivre et compter sur sa grâce. Et même si tout semble aller à l’encontre de la bénédiction, il ou elle persiste dans son engagement à le suivre.
L’apôtre Paul était cet homme pleinement engagé à suivre le Seigneur, et en écrivant aux chrétiens de Rome, il affirmait : « Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? » (Romains 8 v 35).
Rien ne semblait ébranler cet homme de Dieu, ni la maladie, ni l’âge, ni les persécutions ; il « marchait quand-même ! »
Puissions-nous les uns et les autres vivre ce poème, et ne jamais nous décourager, ni nous arrêter en chemin.
Souvenons-nous de ceux et celles mentionnés dans le livre des Hébreux, qui ont bravé tous les obstacles, parce qu’ils marchaient tous par la foi. Il est écrit concernant Moïse : « Il regarda l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération » (Hébreux 11 v 26). Et au verset suivant il est parlé de sa détermination : « C’est par la foi qu’il quitta l’Égypte, sans être effrayé de la colère du roi ; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible ».

0 commentaire

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message