Je le ferai quand même !

Gravissant le chemin
Ce fardeau que je traîne
Sans connaître demain,
Je marcherai quand-même !

Si des maux m’environnent
Que mon cœur est en peine
Sous l’orage qui tonne,
Je le suivrai quand-même !

Devrai-je être isolé ?
Le silence qui enchaîne
Devant lui prosterné,
Je le prierai quand-même !

Si elle tarde à venir
Ö ! Promesse lointaine !
Ne pouvant l’obtenir,
J’espérerai quand-même  !

Quand tout serait contraire,
Aux paroles souveraines
Malgré ce goût amer,
Je le croirai quand-même !

Au plus fort des combats
Dans mes douleurs extrêmes
Si je ne comprends pas,
Je l’aimerai quand-même !

Si des voix s’élevaient,
Prétendant être reines
La sienne demeurerait,
Je l’écouterai quand-même !

Quand les pas seront lents,
La démarche incertaine
J’ignorerai les ans,
Et le louerai quand-même !

Lecture : Juges 8 v 4 : …fatigués mais poursuivant toujours.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message