Que tu es affreuse,
Laide et sans pitié !
Avec tes pleureuses,
Sous ton autorité.

Tu frappes sans remord,
Te moquant bien de l’age ;
Les faibles et les forts,
Tu en fais tes otages.

Parfois sans avertir,
Survenant tout à coup !
Tu viens nous les ravir,
Ils étaient avec nous.

Derrière toi une foule,
Triste et silencieuse ;
Et la pierre que l’on roule :
Demeure mystérieuse !

Je ne peux accepter,
Autant d’arrogance !
Pour ma part j’ai trouvé,
La clé de délivrance !

Tu as été vaincue,
Je le crois, c’est écrit,
Car le Christ Jésus,
Du tombeau est sorti. !

Fini de terrasser,
Lorsqu’arrive le soir !
Chacun peut espérer,
Tu n’as plus la victoire !

Qui es-tu, toi la mort,
Et que fais-tu ici ?
En face du Dieu fort,
Avec lui c’est la vie !

Lecture : 1 Corinthiens chapitre 15 verset 21 :

Car puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts.
Et comme tous meurent en Adam, de même aussi nous revivrons en Christ…

0 commentaire

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message